EnfantsInternationales

Mesures concrètes pour prévenir et traiter les cas d’abus sexuels

By 23 juillet 2020 No Comments

À maintes reprises, les experts en matière d’abus sexuels nous rappellent que l’une des pires craintes des victimes est ignorée lorsqu’ils demandent de l’aide. C’est quelque chose, disent les experts, qui peut entraîner des conséquences extrêmement graves et à long terme pour la santé.

Dans le contexte de la vie de l’église et des organisations confessionnelles, cette faille dans la confiance peut être tout simplement dévastatrice.

Dans ce contexte, les dirigeants de l’Église adventiste du septième jour ont récemment apporté des éléments attestant que les régions (ou divisions) de l’église prennent des mesures concrètes pour s’assurer que les organisations et les institutions de l’église travailleront clairement à prévenir les abus sexuels. Dans le même temps, les dirigeants régionaux se sont engagés à continuer de travailler à l’élaboration de protocoles détaillés visant à prévenir ou répondre à toute plainte d’abus sexuel dans l’église.

Cette décision est intervenue le 15 avril 2020 à la fin d’une discussion animée par zoom suivie d’un vote, lors de la deuxième journée de la Rencontre de Printemps de l’Église adventiste, l’une des deux rencontres administratives annuelles de l’église mondiale. En raison de la pandémie de COVID-19, les sessions de cette année réunissant des dizaines de dirigeants du monde entier se sont déroulées entièrement en ligne.

Les Abus Sexuels dans l’Église

« Malheureusement, notre église n’est pas à l’abri des situations d’abus sexuels, » a déclaré le secrétaire adjoint de la Conférence Générale, Gary Krause, qui a introduit la discussion sur ce point de l’ordre du jour. Gary Krause a expliqué que l’inclusion de ce point à l’ordre du jour est intervenue suite à des rapports provenant des divisions de l’église et à des discussions qui ont eu lieu lors d’une rencontre des administrateurs de la Conférence Générale et des divisions (GCDO). Cet organisme comprend les principaux administrateurs de l’église mondiale et des treize régions ecclésiales (divisions). Gary Krause a déclaré que lors de cette session, « une bonne partie du temps a été prise pour écouter les dirigeants [régionaux]. [L’objectif était de présenter un rapport sur] ce qu’ils font pour prévenir les abus sexuels au sein de la structure de l’église dans leurs territoires. »

Gary Krause a déclaré qu’il était heureux d’annoncer qu’il y avait des éléments attestant que chaque division de l’église travaille sur la question et se prépare à mettre en place des mesures élaborées pour mettre en œuvre des principes votés de longue date. « Des protocoles sont en train d’être mis en place, » a-t-il déclaré.

Le président de l’Église adventiste, Ted N. C. Wilson, a approuvé, faisant observer que les dirigeants régionaux ont travaillé avec les unions locales, aidant à sensibiliser les membres à la prévention des abus sexuels visant les enfants et les adultes.

C’est dans cette direction qu’il faut aller, a-t-il souligné.

« Nous devons exercer un leadership fort [sur cette question], » a déclaré Ted Wilson. « Nous devons aider les gens à comprendre et leur montrer une meilleure voie. »

Une longue histoire de défense de la cause

L’Église adventiste du septième jour a une longue histoire de lutte contre les abus sexuels dans l’église, qui s’étend sur plusieurs décennies, des années avant même que ce ne soit une chose courante de trouver le sujet à la une des journaux, selon ce qu’indiquent les dirigeants. Dès 1987, les dirigeants de l’église ont voté une Déclaration sur le Comportement Sexuel , et en 1990, ils ont ajouté une Déclaration sur la Pornographie.

Au fil des années, les déclarations officielles ont mis davantage l’accent sur des aspects plus spécifiques comme ce fut le cas en 1995 avec la Déclaration sur les Abus et la Violence Familiale, avec la Déclaration de 1996 sur la Violence Familiale , et en 1997 la Déclaration sur les Abus Sexuels visant les Enfants. Plus tard, en l’an 2000, les dirigeants de l’église ont voté une Déclaration sur les Mutilations Sexuelles Féminines , et en 2010, un document sur la Fin de la Violence contre les Femmes et les Filles.

Selon les dirigeants de l’église, plusieurs départements et entités adventistes se sont joints à la démarche de lutte contre les abus. Pendant des années, le Département du Ministère des Femmes à la Conférence Générale, l’Agence Adventiste de Développement et de Secours (ADRA), et d’autres ont lutté contre la violence et les abus à l’intérieur et à l’extérieur de l’église à travers diverses initiatives, ont indiqué les dirigeants.

« Le département des ministères de la santé est engagé de manière délibérée dans ce domaine spécifique, » a déclaré Peter Landless, qui dirige ce département pour l’église mondiale. « Nous enseignons à nos homologues des divisions l’importance de traiter les questions relatives aux abus sexuels, à la violence sexuelle et à la violence domestique, » a déclaré Peter Landless.

Linda Koh, directrice des Ministères des Enfants pour l’Église adventiste, est du même avis.

« Pendant des années, nous avons travaillé avec des dirigeants pour la sécurité des enfants, » a dit Linda Koh, qui a demandé aux régions de l’église d’être conscientes de l’aspect relatif à la maltraitance des enfants lors de leurs discussions sur les abus sexuels.

Le directeur des Ministères de l’Aumonerie, Mario Ceballos, a également rappelé aux dirigeants du Réseau Kettering Health basé dans l’Ohio, aux États-Unis, une organisation de santé adventiste qui gère l’un des rares centres de relation d’aide pour les membres du clergé. C’est un service essentiel, a-t-il dit, car « certaines épouses de nos pasteurs sont victimes de violences sexuelles et physiques. »

L’Église adventiste a également une longue histoire de partenariat avec des organisations telles que les Nations Unies pour lutter contre les abus, la violence et la traite des êtres humains, a déclaré le directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse (PARL), Ganoune Diop.

« Nous sommes impliqués dans cette cause depuis des années. Les adventistes prennent ce sujet très au sérieux, » a déclaré Ganoune Diop.

Malgré ce qui a été fait, les dirigeants reconnaissent qu’il reste encore beaucoup de travail à faire et croient que les dispositions actuelles aideront à ajouter des mesures et des protocoles concrets et concertés pour s’attaquer au problème spécifique des abus sexuels dans l’église. « Nous accordons à ce sujet la plus grande priorité, » a déclaré Ted Wilson.

Une Discussion Animée

La discussion sur le « plancher virtuel » semblait refléter un consensus de soutien sur la direction que prend l’église, même si plusieurs dirigeants ont souligné que l’église pouvait faire beaucoup plus.

« Merci pour le rapport, » a déclaré David Trim, directeur du Bureau des Archives, des Statistiques et de la Recherche (ASTR). « Cela fait très plaisir de savoir que l’église reconnaît le problème et s’y attaque. Mais c’est un problème spirituel, et il reste encore beaucoup à faire, » a-t-il ajouté.

Le co-directeur des Ministères de la Famille de l’Église adventiste, Willie Oliver, a appuyé cette pensée.

« Je voudrais remercier le comité de s’être attaqué à ce problème, » a déclaré Willie Oliver. « Le fait que nous votions sur la question à ce niveau de l’organisation nous aide dans notre travail. Merci pour cette démarche visionnaire, alors que nous continuons à prier pour que ce cancer soit extirpé de notre église. »

Heather Dawn-Small, qui, en tant que directrice du département du Ministère des Femmes pour l’église mondiale, depuis des années dénonce la violence faite aux femmes et aux enfants, a déclaré que cela s’ajoute aux initiatives de son département.

« Je suis heureuse de voir que cette initiative est prise. Voir les dirigeants de notre église prendre ce genre de mesure est encourageant et constitue une affirmation de tout le travail que nous avons déjà fait, » a déclaré Heather Dawn-Small.

Que pourrait-on faire d’autre ?

Au cours de la discussion, plusieurs dirigeants ont souligné les autres mesures que l’église pourrait prendre.

Neil Nedley, président de l’Institut Weimar et membre laïc du Comité Exécutif de la Conférence Générale, a déclaré que tout commence par les fondements bibliques du sujet. Il a fait remarquer que dans l’ancien Israël, le chapitre de Lévitique 18 dans la Bible (traitant de l’immoralité sexuelle) était lu chaque année à chaque homme, femme et enfant après le Jour des Expiations. « L’objectif était de faire savoir aux enfants ce qui était bien et ce qui mal, » a-t-il déclaré. « C’est quelque chose qui s’applique à nous aujourd’hui plus que jamais, » a-t-il ajouté.

Ted Wilson a observé que les administrateurs du monde entier devraient savoir qu’ils ne peuvent pas continuer à employer ou à travailler avec des employés qui maltraitent les gens ou en font des victimes. « Il n’y a aucune raison d’employer des personnes [coupables d’abus], » a-t-il dit aux membres du comité.

Heather Dawn-Small, a également souligné la nécessité d’améliorer la communication avec les membres qui sont sur les bancs de l’église.

« Il se passe beaucoup de choses dans l’église, mais nous ne savons peut-être pas ce qui se passe. Les gens demandent : « Que fait la direction de mon église pour faire face à ce problème ? » Après tant d’années, les choses ne se passent pas comme il faudrait en termes de communication, » a-t-elle suggéré.

Ginger Ketting-Weller, présidente de l’Institut Adventiste International d’Études Supérieures aux Philippines, a déclaré que l’église devrait aller plus loin que simplement « prendre le pouls » des régions de l’église.

« Si nous ne donnons pas de formation sur ce que sont les meilleures pratiques, ils ne sauront pas quoi faire, » a-t-elle déclaré.

Plusieurs des principaux dirigeants qui sont au courant des protocoles régionaux qui sont en train d’être rédigés ont assuré aux membres du comité que les régions ecclésiales avancent résolument dans cette direction.

« Après avoir entendu les rapports venant des divisions, je suis très heureux de la direction prise par les divisions, » a dit Tom Lemon, vice-président de l’église mondiale.

Ella Simmons, une autre vice-présidente de l’église mondiale, allait dans le même sens.

« Je suis grandement soulagée et encouragée par ce qui a été présenté comme la première étape d’une approche globale, car j’ai l’avantage d’avoir les détails complémentaires rapportés par les responsables de division, même si ce qui a été présenté n’est pas tout ce que nous voulons entendre pour le moment, » a-t-elle dit.

Ted Wilson a conclu que cette discussion marquait le début d’un processus.

« C’est un chantier en cours, » a-t-il dit, assurant aux membres du comité que le sujet serait inclus dans les futurs ordres du jour. « Est-ce la fin ? Non, mais c’est un bon début, » a-t-il déclaré.

Les membres du comité ont ensuite voté sur l’adoption du rapport sur les progrès réalisés sur la question. Le vote est passé avec 95 voix contre une.

Traduction: Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply